5 conseils pour réussir son projet de chorale virtuelle

Groupe de musiciens participant à une chorale virtuelle

Pendant le confinement, bon nombre de chorales virtuelles sont nées. Il faut dire que faire de la musique collectivement, c’est addictif. Avant d’être photographes/vidéastes, on était passionné·es Xavier et moi de musique. Pour plusieurs raisons expliquées dans l’article précédent, je me suis lancée dans un projet de chorale virtuelle. Si vous ne l’avez pas lu, filez le faire, car cet article parle de la vidéo qui s’y trouve. Je vais vous y donner 5 conseils que j’ai pu tirer de cette expérience. Tout ce qu’il faut savoir avant de démarrer votre projet vidéo de chorale virtuelle.

Chorale virtuelle, conseil numéro 1 : motiver les troupes

Vous en train d’essayer de motiver vos ami·es à participer à une chorale virtuelle (gif extrait de la série Sense 8)

Une chorale virtuelle, ça peut être rigolo à faire tout seul, mais c’est quand même plus sympa à plusieurs. Et le soucis majeur d’un projet à plusieurs, on le connaît. Les gens sont difficiles à motiver. Encore plus à distance ! Pour mon projet, j’ai utilisé les quelques petites astuces suivantes. Je ne garantis pas qu’elles marcheront à tous les coups. L’important c’est surtout de savoir qui on a en face, pour réussir à les motiver.

  • Mettre une deadline raisonnable (j’ai opté pour 2 semaines, afin de leur laisser le temps de le caser dans leur emploi du temps, mais pas trop longue pour limiter la procrastination)
  • Rappeler la deadline quelques jours avant, pour les personnes qui ont procrastiné quand même
  • Rallonger la deadline pour les personnes qui n’ont pas pu le faire dans les temps, en leur disant qu’on rallonge pour elles (même si en vrai on avait déjà pris en compte cette rallonge de deadline dans notre planning)
  • Donner des consignes claires sans être trop contraignantes (en fonction de votre audience, là-dessus je ne peux pas vraiment vous dire ce qui marchera. Pour ce projet on a demandé aux participant·es de se filmer en paysage, de mettre la musique dans un écouteur ou un casque pour qu’on ne l’entende pas sur leur enregistrement, et de ne pas se filmer en plan trop large pour garder une cohérence d’ensemble. Il n’y a pas eu de consigne stricte sur la qualité audio ou vidéo, pour ne pas décourager et parce que le projet n’était pas à but professionnel)

Chorale virtuelle, conseil numéro 2 : bien s'organiser

Réfléchir dès la conception du projet au montage

Sur ce point, je vais vous donner des conseils que je n’ai pas appliqués moi-même. Mais je vous les donne quand même. Parce que j’ai un peu beaucoup regretté de ne pas l’avoir fait. Donc écoutez-moi vous gagnerez du temps.

Vous en train de réfléchir à votre projet (gif extrait de la série Anne with an E)

Synchronisation des plans

Il y a forcément un moment où vous devrez synchroniser les plans. Ca prend un peu de temps. Si vous avez bien préparé la chose en amont, ça vous prendra environ 30 secondes pour chaque vidéo à synchroniser. Si vous n’avez pas trop préparé le terrain, ça peut facilement vous prendre 5 minutes par vidéo. Donc sur une vingtaine de vidéos à traiter, c’est non négligeable. J’ai trouvé une astuce à ce sujet dans cette vidéo de tutoriel pour créer une chorale virtuelle. Comme cette vidéo est en anglais, je vais vous expliquer ici la petite astuce.

Bien penser votre piste "modèle"

Pour vous assurer que tout le monde chante bien au même tempo et à la même tonalité, vous allez certainement utiliser une piste « modèle », que vos participant·es auront dans les oreilles quand iels joueront ou chanteront. Ca peut être le morceau original, ou une piste instrumentale, ça c’est comme vous le sentez. Mais pour vous aider au montage, voilà ce que je vous conseille de faire : ré-enregistrer cette piste modèle en ajoutant au début, quelques secondes avant que le morceau ne commence, 4 claps (ou 4 clics de métronome). Vous pourrez ensuite demander aux participant·es de taper dans leurs mains sur ces claps. Iels rateront surement le premier ou les deux premiers, mais iels auront les deux derniers correctement (enfin si iels ont un minimum de sens du rythme, mais c’est conseillé pour une chorale virtuelle quand même). Vous pourrez ensuite utiliser ces claps pour deux choses :

  • synchroniser très rapidement le son et l’image pour les personnes qui enregistreront sur deux appareils différents le son et l’image
  • synchroniser très rapidement les pistes entre elles grâce aux claps qui seront visuellement très repérables sur votre piste de son

Organiser les fichiers au fur et à mesure qu'on les reçoit

Vous allez recevoir beaucoup de fichiers. La plupart des gens vous enverront un fichier non renommé, ou renommé avec le nom du morceau. Donc pour ne pas vous y perdre ou oublier du monde, pensez à organiser les fichiers que vous recevez, et notamment à les renommer dès que vous les recevez. Pour ce projet il y avait 3 « types » de fichiers : les instrumentistes, les chanteur·ses qui n’ont fait que la partie chorale, et les chanteur·ses qui ont tout chanté, chorale et solos. Certaines personnes ont envoyé des fichiers dans plusieurs catégories (instru et voix par exemple). J’ai donc renommé mes fichiers avec en premier « Instru », suivi de l’instrument, « Ch » ou « So » pour les chanteur·ses, et bien sûr le prénom de la personne. A vous de trouver l’organisation qui vous convient, mais organisez-vous !

Chorale virtuelle, conseil numéro 3 : s'adapter

Vous recevant les vidéos des participant·es (gif extrait de la série Game of Thrones)

Quantité vs qualité : faire des compromis

Qui dit projet de groupe, dit imprévus. J’ai déjà mentionné les retardataires. Si j’avais prévu une rallonge de deadline, je n’en ai fait qu’une. Il a ensuite fallu dire stop, pour que le projet puisse avancer. Vous aurez aussi très certainement des personnes qui n’auront pas respecté toutes vos consignes, ou qui auront fait des choses que vous n’aurez pas anticipé. A vous de voir comment vous voulez les gérer. Personnellement, j’ai préféré m’adapter et faire avec plutôt que de refuser les participations hors cadre. Mon but encore une fois était d’avoir un maximum de monde, et pas forcément un résultat parfait. Je voulais garder l’esprit musique millet avant de chercher la perfection.

Les imprévus que j'ai rencontré dans les fichiers reçus

J’ai donc composé avec :

  • des pistes de son et de vidéo séparées (avec du playback parfois donc une désynchronisation légère des lèvres)
  • des vidéos qui avaient été pré-montées (avec parfois des petits décalages, ou des changements de plans pas forcément là où je les aurai faits)
  • une vidéo en format portrait
  • une autre filmée dans une salle de bain (donc avec un son plus difficile à traiter)
  • une vidéo sur laquelle on entendait la piste instrumentale
  • des vidéos où il manquait des bouts (volontairement ou non)

Ce que j'ai fait pour pouvoir les intégrer au projet

Voilà comment j’ai adapté certaines de ces particularités pour les intégrer au projet :

  • M’arranger pour que les vidéos où il manquait des bouts ne soient pas sur la mosaïque au moment où l’écran est noir
  • Recaler certaines vidéos où il y avait un décalage visible entre le son et l’image avant de commencer à les insérer dans le montage
  • Recadrer la vidéo en format portrait pour qu’elle fasse la dimension de deux vidéos en paysage l’une sur l’autre pour pouvoir l’intégrer facilement dans les mosaïques
  • Retirer les pistes audio qui perturbaient trop fortement l’équilibre du mix, et sous-mixer certaines autres

Vous allez sans doute vous aussi rencontrer des imprévus. Sans doute des imprévus que je n’ai pas rencontrés moi-même. Adaptez-vous ! Si il est bien sûr possible de demander à vos participant·es de refaire, vous risquez de faire face à un ennemi : la flemme. Donc soyez raisonnables dans vos exigences !

Chorale virtuelle, conseil numéro 4 : avoir les bons outils

Vous ne pourrez pas faire une chorale virtuelle digne de ce nom avec un smartphone ou un vieil ordi qui met 10 minutes à ouvrir une photo. Il va vous falloir quelques outils pour pouvoir réaliser ce projet. Si c’est la toute première fois que vous faites du montage, je vous préviens que vous ne commencez pas par le plus facile. Je connaissais déjà bien mon logiciel de montage quand je me suis lancée là-dedans, mais j’ai quand même découvert des choses dont je n’avais habituellement pas besoin. Donc si vous vous attaquez en simultané à vous familiariser avec le montage et à monter un projet de cette envergure, ça risque d’être compliqué !

Vous quand votre vieil ordi aura planté 5 fois de suite (gif extrait de la série Atypical)

Un bon ordinateur

La principale difficulté d’un projet comme celui-ci, c’est le nombre de pistes à travailler. En effet pour chaque petit carré de votre mosaïque, c’est une piste différente que votre logiciel doit traiter en simultané avec les autres. Dans mon cas, j’avais choisi d’avoir 16 pistes en simultané, donc 16 vidéos à travailler en parallèle. Et pour le son il fallait pouvoir tout travailler en même temps, donc environ 25 dans mon cas. Pour une vidéo classique je monte rarement au-delà de 5 pistes. Ca demande donc plus de ressources. Il faudra donc un ordinateur avec un minimum de puissance. Je conseillerai minimum un i7, 16 giga de RAM et une carte graphique dédiée. Si vous avez un ordinateur moins puissant, ce ne sera peut-être pas impossible, mais il va falloir ruser !

Un logiciel de montage

Point de vue logiciel, il vous faudra un logiciel permettant d’afficher assez de pistes en parallèle. Il faudra aussi pouvoir traiter un peu le son. L’image doit pouvoir se redimensionner facilement et être placée exactement là où on souhaite l’avoir facilement. Mon logiciel de prédilection, c’est Da Vinci Resolve. C’est un logiciel très complet, qui possède une version gratuite très fonctionnelle. Je le trouve assez intuitif sur beaucoup de points, mais je sais que ça dépend des gens. Certaines personnes s’arrachent les cheveux avec. A vous de trouver votre chouchou parmi les logiciels disponibles !

Chorale virtuelle, conseil numéro 5 : monter la vidéo par étapes

Vous après plusieurs jours devant votre écran à monter la vidéo (gif extrait de la série Dark)

Monter un projet de chorale virtuelle, ça prend du temps. Beaucoup de temps. Je ne me suis pas chronométrée précisément car ce projet était réalisé bénévolement, pour faire plaisir à notre ancien prof de musique. Mais j’ai quand même évalué le nombre d’heures que j’y ai passé, pour en avoir une idée et déterminer combien facturer un projet de cette envergure si j’étais amenée à le refaire dans le cadre d’une commande. J’ai finalement totalisé une bonne cinquantaine d’heures de travail sur ce projet. Il vaut donc mieux être organisé et méthodique pour ne pas devoir refaire certaines choses plusieurs fois.

C’était mon premier projet, j’ai donc fait quelques erreurs et perdu du temps sur certains points. Mais je me suis lancée là-dedans avec le même esprit rigoureux que j’avais pendant ma thèse. Dans l’ensemble j’ai été plutôt efficace. Et je me suis bien sûr noté les quelques détails sur lesquels j’ai compris après coup que j’aurai pu gagner du temps. Je ne vais pas garder ça pour moi, je vais le partager avec vous. Mais ça fera l’objet d’un autre article. Celui-ci étant déjà bien trop long. Je vous donne quand même les différentes étapes que ce projet a nécessité, pour la partie montage :

  • Importation des fichiers
  • Synchronisation des pistes
  • Nettoyage des pistes audio
  • Mixage du son
  • Préparation des pistes vidéo
  • Préparation des mosaïques
  • Montage des plans larges
  • Montage des mosaïques
  • Ajustements des mosaïques
  • Travail sur la colorimétrie
  • Ajout de l’introduction et du générique
  • Export de la vidéo finale

Bien sûr il y a des tonnes de choses à dire pour chacune de ces étapes. Je vous donne pour le moment les grandes lignes, car cet article est supposé contenir des conseils, et non pas un tutoriel complet et détaillé. Le tutoriel sur comment monter une chorale virtuelle avec DaVinci Resolve viendra très bientôt. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous voulez le voir arriver le plus vite possible ! Je vous remets ici le résultat que j’ai obtenu. Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires !

Cet article a 2 commentaires

  1. Je trouve votre expérience très intéressante. Je fais partie d’une chorale et aimerais opter pour une expérience telle que la vôtre? Mais ce n’est pas moi la cheffe de choeur, mais je pense faire une proposition lors de la réunion de bureau. Si j’ai besoin d’un témoignge pourais-je compter sur vous?
    Excusez-moi de mon audace. Mais votre travail actuel et encourageant. cordialement.

    1. Bonjour !

      Merci pour votre commentaire. Je suis ravie que vous ayez vous aussi envie de vous lancer dans un projet comme celui-ci. C’est beaucoup de travail mais c’est vraiment très chouette. Si vous voulez un témoignage de ma part ce sera avec plaisir (sans doute par téléphone ou par écrit, à moins que vous ne viviez dans la Manche). Si vous n’avez pas les compétences point de vue montage vidéo et que vous avez besoin d’un coup de main là-dessus, contactez-nous pour un devis, via la page contact du site. 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu